Article : Un nouveau réseau en vogue | CogniScienceS
Le journal Cognisciences est un trimestriel participatif et ouvert à tous qui déchiffre pour vous les secrets des sciences de la cognition.
cognisciences, article, articles, IA, AI, intelligence, artificielle, neurones, GO, alphago, neurones, mémoire, sciences, cognitives, cognition, cognitique, réseau, neuronal
15828
post-template-default,single,single-post,postid-15828,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Un nouveau réseau en vogue

Auteur :

Boris Gambet

Ingénieur diplômé de l’ENSC

Nés dans les années 50, les réseaux de neurones ont petit à petit pris du galon, jusqu’à devenir une des thématiques de recherche les plus en vogue aujourd’hui. Malgré de sporadiques coups de projecteur, comme l’année dernière lorsque le réseau neuronal à l’œuvre derrière l’Intelligence Artificielle (IA) de Google, AlphaGo, a détrôné plusieurs champions du jeu de Go, on peut regretter que le grand public ne soit pas mis au fait du potentiel que ces réseaux représentent. Un tort que les travaux d’une équipe de recherche de l’unité Thales-CNRS ont commencé à réparer.

Car si on en croit Frank Hoppensteadt, cette révolution est comparable « à celle d’il y a soixante ans, lorsque les tubes à vide ont remplacé les transistors »*. Mais qu’ont-ils pu découvrir ? En réalité, rien de sensationnel : leur IA a reconnu les dix chiffres (0 à 9), prononcés chacun par une voix différente. Oui, sauf que contrairement aux IA jusqu’alors développées, la leur ne repose pas sur la traditionnelle logique binaire mais plutôt sur celle d’un neurone biologique, c’est-à-dire suivant un comportement non-linéaire et possédant sa propre mémoire. En effet, sa réponse va dépendre non seulement du stimulus courant mais aussi des réponses précédentes.

L’IA, davantage médiatisée que les mécanismes sous-jacents qui la rendent opérationnelle, a d’ores et déjà pignon sur rue. L’engouement pour la série Westworld, diffusée en 2016 et qui, rappelons-le, est une adaptation du Mondwest de Michael Crichton de 1973, en est la preuve. Certains nous diront que d’autres visionnaires avaient déjà prédit l’essor de nouvelles formes d’intelligence – on peut penser à Orwell ou à Huxley – mais il semblerait que nous n’ayons jamais été aussi proches de voir se matérialiser (sous forme d’objets de consommation quotidiens tels que les smartphones) les premières copies-conformes d’un composant que nous possédons paradoxalement tous à la naissance.

Une chose est à espérer plus que tout le reste dans ce domaine. Que nous donnions tort à cette maxime de Bossuet : « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». Car les dystopistes ouvrent l’œil… et le grand.

* Nature 547, 407–408 (27 July 2017)

Thèmes :
1Commenter

Poster un commentaire